// L’Improbabilité de l’amour de Hannah Rothschild

 

DSC_0253

Quel bonheur !

Cela faisait quelques temps que je n’étais pas tombée sur « un bon roman ». Merci Hannah Rothschild d’avoir éclairer mon paysage littéraire. (et Merci les éditions Belfond ainsi que l’équipe Babelio de m’avoir permis de le lire!!)

J’ai adoré et pourtant mon coup de coeur n’a pas été immédiat… En lisant le résumé j’avais quelques a priori, qui je vous rassure, ont très vite été effacés.
Les déboires amoureux d’Annie étaient mis en avant alors que finalement, cette partie du roman est loin d’être la plus importante.Elle construit le personnage mais n’est pas l’intrigue principale. Or j’avais peur de tomber sur une histoire à la Marc Levy : elle est seule, ils se rencontrent autour d’un tableau, c’est le coup de foudre et ils vécurent heureux blablabla…(désolée pour les fans incontestés de Marc Levy…les autres comprendront)

Mais nous sommes loin d’une histoire à l’eau de rose. Au contraire !!

De plus,Annie se fait vite voler la vedette par le tableau de Watteau, qui est finalement le personnage principal de cette histoire. Hannah Rothschild le personnifie au point de lui attribuer des émotions et un caractère. (Et il se la joue plutôt starlette ce petit tableau !) Les passages vus par le tableau sont drôles, cynique et rafraîchissants !

Par ces nombreux personnages, Hannah Rothschild nous fait traversé le monde de l’art et ses galeries majestueuses. Entre luxe, ragots et décadence, on observe les différents protagonistes à travers les yeux d’une jeune femme comme vous et moi. La critique d’art, la restauratrice, le riche business man qui n’y connait rien et achète sans compter, et j’en passe et des meilleurs…
Sans caricaturer, ni tomber dans l’excès, l’auteur est toujours juste et créer des personnages réalistes au caractère attachant.

La place de Hannah Rothschild dans le monde de l’art lui permet de placer quelques anecdotes sans jamais être trop indigeste !(Première femme à diriger le conseil d’administration de la prestigieuse National Gallery, ce n’est pas rien !!)
Ô joie! Enfin un auteur qui ne nous assomme pas de ses connaissances au point d’en faire une liste prétentieuse de bavardage inutile montrant seulement sa supériorité intellectuelle.
Passionnant !

J’ai lu quelque part, que l’Improbalité de l’amour était comparé au Chardonneret de Donna Tartt. Ce n’est pas totalement faux. L’univers et le style d’écriture sont très proche. Mais le Chardonneret est à mon sens beaucoup plus dramatique.

Dans tous les cas, foncez lire ces deux magnifiques romans !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *