// Mon corps, cet ennemi…

 

DSC_0126bis

 

Je me suis toujours dit que je ne tomberais jamais dans le cercle vicieux des régimes et autres tortures  pour perdre du poids… Que jamais, ô grand jamais, je ne suivrais l’exemple des blogueuses fan de produits minceurs et autres thés qui font pisser. (je n’ai rien contre ces jolies blogueuses, au contraire je les admire. C’est seulement que leur style de vie est très éloigné du mien. Était très éloigné?) Bref, je me suis toujours dit que j’assumerais mes jolis bourrelets quoiqu’il arrive…
Et puis un jour….Je me suis aperçue que la perception que j’avais de mon corps était en train de changer. J’ai toujours eu un rapport un peu conflictuel avec mon reflet dans le miroir et pas forcément à cause de mon poids. Sauf que les événements de la vie ont fait que…
J’ai vécu une histoire d’amour un peu compliquée entre violences et mensonges au quotidien. Durant cette période, je ne m’alimentais presque plus. J’ai perdu beaucoup de kilos et je suis passée sous la barre des 55kg (pour 1m80 ça craint un peu…). Puis cette période s’est finalement arrêtée. J’ai appris à remanger et je me suis reconstruite. Et là…Paf… Mes amis kilos sont apparus comme par magie. Ma tête allait mieux alors mon corps suivait le mouvement. J’ai commencé à détester ce que je voyais mais sans oser parler régime. Et puis je me suis plongée de plus en plus dans les réseaux sociaux. Je suis tombée sur des jeunes filles magnifiques qui utilisaient tels ou tels produits. Et sans m’en rendre compte j’ai commencé à succomber moi aussi alors que je me l’étais toujours interdit. Sport quotidien (TBC et cie), thé détox, crème régime, ventouse anti-cellulite,  …Bref la totale. Malgré tout ça je ne voyais pas changer mon corps (Seul mon porte-monnaie s’allégeait !). Au contraire, je faisais une fixette sur les blogueuses ou les utilisatrice d’instagram en me comparant à leur avant/après…En essayant de réguler mes repas comme elles…C’était devenu malsain…

Au final mon corps n’allait pas mieux et mon moral encore moins.

Et puis j’ai décidé de reprendre un peu ma vie en main. C’est un peu contradictoire pour une graphiste de se faire avoir par de jolies images de corps photoshopés non?

J’ai repris mon alimentation en main (même si c’est difficile lorsque l’on ne cuisine pas). J’ai éliminé sucres, cochonneries industrielles… et j’ai commencé à perdre…Un peu…pas aussi rapidement que je le souhaitais mais cette fois de façon saine.

giphy (1)

(au passage, clin d’oeil à la magnifique Lena Dunham qui assume magnifiquement ses rondeurs!)

Aujourd’hui, je suis loin de me regarder dans la glace en appréciant mon reflet mais je me prends moins la tête. Bien sûre je ne suis pas encore totalement sevrée. Je continue de prendre parfois quelques repas minceurs industriels et les profils Instagram des jolies blogueuses me font toujours rêver. Mais au moins j’ai l’impression de faire les choses plus sainement.

Dans tous les cas, cette période m’a fait réfléchir. Moi qui ne pensais pas être réceptive à ce genre de choses, je me rends compte que l’on tombe très facilement dedans. J’imagine très bien la facilité des jeunes filles à rentrer dans le cercle vicieux des régimes les plus aberrants les uns que les autres. Et j’avoue que cela me fait peur pour les générations à venir…De plus, depuis quelques semaines, j’ai remarqué une chose effarante… Avez-vous déjà remarqué les publicités qui sponsorisent les télés-réalités? Les pilules pour mincir…Quand on sait que ce genre de programme est suivi par une majorité de jeunes, il y a de quoi frissonner… Plus la société évolue, plus l’image du corps est mis en avant dans les médias et autres réseaux sociaux…

Alors bougeons nous pour que tous types de corps soit représentés…Mince, avec des formes, rondes, grandes, petites…Que l’on puisse tous s’identifier et que la minceur ne deviennent pas un critère de beauté universel.

// J- 4 ! Vite vite Papa Mowel

J-3 – Bon aloreuh…Souvent les gens me disent… »bé tu dessines et tout tu dois être manuelle ? » (Nan moi c’est Charlie…ahaha joke !) Bref…non mais en fait je suis absolument pas douée pour tout ce qui est découpage, collage et autres activités finissant en -age… Le moment de faire des paquets est une corvée. Je dirais même plus une phobie ! Je finis souvent les doigts en sang avec une montagne de papiers cadeaux déchirés et inutilisables…oups ! Et tout ça pour que ce soit arraché en 2 secs …alala

// A toi petit élève de troisième…ou ma vision du métier de graphiste

 

Cher petit stagiaire de troisième qui vient observer le monde impitoyable du travail, fuis ma profession avant qu’il ne soit trop tard. Ne choisis pas la voix de la créa mon petit, tu n’en seras que déçu.

Alors oui ce qu’y suit n’est que mon avis personnel. Je ne suis pas forcément un exemple à suivre mais j’ai besoin d’évacuer ma frustration. Cher petit élève qui ne sait pas encore ce qu’est la vie, tu verras qu’elle n’est pas simple. Elle se fout de toi souvent. Elle ne te laisse jamais tranquille. Et quand tu choisis le mauvais métier, ou plutôt le métier de tes rêves, crois-moi c’est pire que tout. Je pensais choisir un métier de passion, de création, de curiosité,…Je suis tombée au fil des stages, dans un panier de crabes hideux et imbu de sa petite personne.

Je pensais créer, rendre le monde plus beau et dessiner encore et encore. Mais voilà, je me retrouve à exécuter des idées sans ne jamais y mettre ma patte .Alors oui les profs nous apprennent à argumenter, à ne pas se laisser marcher sur les pieds, tout ça tout ça…mais quand tu te trouves en face de ton patron, pousser une gueulante tous les matins parce qu’on n’a pas la même vision du graphisme c’est compliqué.  D’illustratrice, de maquettiste pour des supers magazines, de graphiste dans une superbe agence pleine de vie et de jeunes, je me retrouve à travailler chez l’annonceur. Alors oui ça peut être très bien et je les remercie de m’aider à manger à ma faim tous les jours… Je suis très contente d’avoir été embauchée dans la boîte où je suis actuellement mais il faut se rendre à l’évidence…Le métier de rêves de jeunes créas qui s’éclatent au boulot, ce n’est valable que pour 15% des graphistes… Je travaille pour vivre mais je suis très loin de ce que j’imaginais. Je l’aurais su dès la troisième, comme toi petit stagiaire, je n’aurais peut-être pas autant écouté mon coeur…La raison m’aurait peut-être évité des déconvenues. Et graphiste serait encore un beau rêve…