// Lectures du mois

Comme je suis chez Pôle en ce moment, et qu’il me permet d’avoir un peu de temps libre, je peux me consacrer à une de mes passions : la lecture. Aaaaah quel bol d’air frais mes amis ! Je revis !

Pour commencer, j’ai été fouiner chez Emmaüs. En général, j’y trouve facilement mon bonheur et pour pas cher du tout. En plus, je fais une bonne action. Bref le rêve ! Des montagnes de livres poussiéreux qui me tendent les bras ! Pour ce coup-ci, Monsieur Chéri et moi même, sommes repartis avec une dizaine de livres pour 4 euros. Dans le lot, des Tom Sharpe et des John Irving mais également cette réédition des « mille ans de contes » paru chez Milan, livre qui faisait mon bonheur à la bibliothèque quand j’étais petite. Ce sont des contes connus ( et un peu moins connus), allégés et réadaptée à un tout jeune public avec plein d’indications de lecture dans la marge !

13726659_10209676668891706_2480175058684122851_n

Comme chaque été, j’ai ma période « classiques ». Je relis les livres que j’avais mis de côté pendant ma scolarité, ceux que je trouvais barbants et …Je me régale. Cette année, c’est « Anna Karénine » de Tolstoï qui a arrêté mon attention. Anna Karénine est cette femme forte et passionnée qui a marqué la littérature du 19°. Même si je connais déjà le destin tragique d’Anna, je voulais me lancer dans cette aventure de 1000 pages. Je vous donnerai mes impressions si j’arrive à le finir !

13707686_10209647319958001_2257216647114638605_n

Pour finir, je me suis remise à lire les Stephen King après en avoir discuter avec une amie. J’en suis à « ça » et ça, ça fait peur ! Enfin pas tellement, mais cette phrase me faisait rire…Oui, bon je sais, je suis fatiguée… Bon ok y’a rien de drôle.
J’ai pas tellement besoin de vous donner mes impressions parce que c’est King quoi. Et c’est un peu le roi de la littérature fantastique et d’horreur (ohoho re-blague King, roi tout ça… J’ai mangé un clown…Vous l’avez noté celle-ci aussi?) Bon j’arrête mes bêtises ! J’aime décidément cette atmosphère qu’il sait créé ! Il manie à la perfection nos pires cauchemars et les pires défauts de l’espèce humaine. Certes, c’est parfois très violent et parfois un peu décousu mais sa plume cynique est esquisse ! Vite vite le tome 2 !

13680079_10209682366074132_8121378332715820220_o

 

// Stranger Things

Un petit Fan Art d’une nouvelle série à découvrir : Stranger Things ! Avec Monsieur Chéri, on a dévoré la première saison en deux jours !
C’est une série dans l’esprit des films des années 80. On y retrouve des clins d’oeil à E.T, Alien ou encore The Thing. Pour moi, cette série aurait pu sortir tout droit de l’esprit de Stephen King : l’ambiance, les personnages,…Mais rassurez-vous, elle vaut beaucoup mieux que les adaptations de ces romans ! (mieux que « Under the Dome » par exemple…En même temps ce n’est pas compliqué de faire mieux que cette série cul-cul à souhait…) Bref, à découvrir d’urgence !!!

 

stranger thinh

// L’Improbabilité de l’amour de Hannah Rothschild

 

DSC_0253

Quel bonheur !

Cela faisait quelques temps que je n’étais pas tombée sur « un bon roman ». Merci Hannah Rothschild d’avoir éclairer mon paysage littéraire. (et Merci les éditions Belfond ainsi que l’équipe Babelio de m’avoir permis de le lire!!)

J’ai adoré et pourtant mon coup de coeur n’a pas été immédiat… En lisant le résumé j’avais quelques a priori, qui je vous rassure, ont très vite été effacés.
Les déboires amoureux d’Annie étaient mis en avant alors que finalement, cette partie du roman est loin d’être la plus importante.Elle construit le personnage mais n’est pas l’intrigue principale. Or j’avais peur de tomber sur une histoire à la Marc Levy : elle est seule, ils se rencontrent autour d’un tableau, c’est le coup de foudre et ils vécurent heureux blablabla…(désolée pour les fans incontestés de Marc Levy…les autres comprendront)

Mais nous sommes loin d’une histoire à l’eau de rose. Au contraire !!

De plus,Annie se fait vite voler la vedette par le tableau de Watteau, qui est finalement le personnage principal de cette histoire. Hannah Rothschild le personnifie au point de lui attribuer des émotions et un caractère. (Et il se la joue plutôt starlette ce petit tableau !) Les passages vus par le tableau sont drôles, cynique et rafraîchissants !

Par ces nombreux personnages, Hannah Rothschild nous fait traversé le monde de l’art et ses galeries majestueuses. Entre luxe, ragots et décadence, on observe les différents protagonistes à travers les yeux d’une jeune femme comme vous et moi. La critique d’art, la restauratrice, le riche business man qui n’y connait rien et achète sans compter, et j’en passe et des meilleurs…
Sans caricaturer, ni tomber dans l’excès, l’auteur est toujours juste et créer des personnages réalistes au caractère attachant.

La place de Hannah Rothschild dans le monde de l’art lui permet de placer quelques anecdotes sans jamais être trop indigeste !(Première femme à diriger le conseil d’administration de la prestigieuse National Gallery, ce n’est pas rien !!)
Ô joie! Enfin un auteur qui ne nous assomme pas de ses connaissances au point d’en faire une liste prétentieuse de bavardage inutile montrant seulement sa supériorité intellectuelle.
Passionnant !

J’ai lu quelque part, que l’Improbalité de l’amour était comparé au Chardonneret de Donna Tartt. Ce n’est pas totalement faux. L’univers et le style d’écriture sont très proche. Mais le Chardonneret est à mon sens beaucoup plus dramatique.

Dans tous les cas, foncez lire ces deux magnifiques romans !

// La Route Sombre de Ma Jian

 

 

Hey j’ai eu une illumination …(eh oui ça m’arrive parfois) Vu que je suis une passionnée de lecture ,pourquoi ne pas associer lecture et dessin?
Donc à chaque fin de bouquin je vais faire un petit croquis choupinou (ou pas) en rapport avec l’histoire. The first One : La route Sombre de Ma Jian. Pour ceux qui seraient super méga intéressés par un moment de littérature intense,
Ma critique ci-dessous :

C’est un roman à la fois violent (très violent) et plein de tendresse qui met en scène une mère voulant à tout prix s’occuper de ses enfants malgré la politique de l’enfant unique en Chine dans les années 70.
Le lecteur est plongée dans l’horreur qui monte crescendo jusqu’à son paroxysme à la dernière page du livre. Mais chut, ne spoilons rien…
C’est fort, intense, insoutenable même parfois mais réel. C’est donc ça l’être humain? Qui, quand il est conditionné étouffe des bébés pour les vendre à des restaurants? Les arrache à leur mère pour les prostituer?
Et je passe les autres détails sordides…

L’intensité de la narration m’a poussé à mettre 5 étoiles. On ne sort pas indemne de ce roman. A lire absolument !