// Les douze enfants de Paris de Tim Willocks

14264105_10210131951953498_2629948427570685002_n-1

Les douze enfants de Paris de Tim Willocks…

J’ai lu le début du roman avec beaucoup d’enthousiaste!
Il me rappelait deux romans que j’adore : » Les piliers de la Terre » de Ken Follett et « Notre-Dame de Paris » de Victor Hugo mais dans une ambiance plus sombre, plus glauque.
Les meurtres sont sanglants et sont décrits de façon très précise. Loin de me dégoûter, j’ai apprécié cette manière de dépeindre la nuit de la Saint Barthélemy sans censure. L’ambiance y est parfaitement retranscrite. Le lecteur se promène entre les rues du vieux Paris dans la saleté et la souffrance.
Mais cette violence est adoucie par l’histoire d’amour entre Carla et le chevalier Tannhauser. Un peu d’amour dans ce monde de brutes pour réchauffer les coeurs !! Le périple sanguinolent du chevalier a finalement pour but de retrouver sa belle tout en se vengeant des comploteurs. La Saint Barthélémy n’est pour lui qu’une raison secondaire pour faire couleur le sang.

Arrivée autour de la 700° pages, j’ai commencé à me lasser de toute cette violence. Certaines bagarres ne servent pas au récit et ajoutent de la longueur au texte qui aurait pu, à mon sens, être raccourci d’au moins 300 pages. J’ai fini les derniers chapitres en diagonale sans en perdre le sens du récit.
Néanmoins, j’ai fini par me noyer dans la masse des personnages secondaires. Qui est qui ? Il n’est pas déjà mort celui-là? Et lui ? d’où sort-il ? Oulalala…

Finalement, c’est un roman qui m’a marqué malgré quelques longueurs. Il ne dépassera pas la qualité des « Pilliers de la Terre » mais il se défend. Je pense tenter « La Religion » très prochainement !

// Mille Soleils splendides de Khaled Hosseini

14352568_10210123862671271_143368182848947547_o

Splendide…Je pense que c’est le mot qui convient parfaitement pour résumer ce roman.
Je l’ai lu pratiquement d’une traite.
Je savais que je ne serais pas déçue par Khaled Hosseini qui m’avait déjà séduite avec ses « cerfs-volants de Kaboul ». Avec « Mille soleils splendides » j’ai été soufflée, impressionnée par tant de force dans des petits bouts de femmes qui voulaient être heureuses mais aussi assommée par tant de violence.
C’est un livre bouleversant qui raconte le quotidien des habitants d’un Afghanistan en guerre mais plus particulièrement des femmes, qui, en plus de se battre contre la peur des bombes, doivent se battre contre les hommes de leur entourage et leur tradition. Mariées de force, violées, asservies à leur mari, elles vivent d’espoir, l’espoir d’un monde plus beau qui leur permettraient de boire un thé en terrasse entre amies…
Ce roman est une claque pour moi la petite française choyée par mon ami et ma famille.
A ne pas louper !

// FanArt

14192601_1465394083477425_8704688589034445860_n

14264882_1466468496703317_1906917766855194759_n-2

Oui oui oui !!! J’adore le rendu de la peinture !

Ma période de chômage me permet de passer du temps à exploiter l’acrylic et c’est vraiment que du bonheur.

Du coup , ci-dessus, un fanart Harry Potter (enfin plutôt un fanart de la jolie Hermione) et un autre du dessin animé Poucelina. Qui a dit que j’étais nostalgique ?

// Terre des oublis de Duong Thu Huong

Quel magnifique roman !!

crxm5d8xeaepjun
« Terre des oublis » est l »histoire d’un trio amoureux qui évolue dans le Vietnam traditionaliste. Entre amour et obligations sociales, le coeur de Mien balance entre son ancien mari qu’elle croyait mort et le nouveau qu’elle aime d’un amour passionnel. Elle choisira dans un premier temps de laisser l’amour de côté. Mais comment vivre avec un homme que l’on ne sait plus aimer ? Les rapports se transforment en viol, les conversations se parent de non-dits… Mien subit et le lecteur avec elle.

On ne peut que détester ce nouveau mari qui l’arrache à sa vie d’amour idyllique. Cet homme changé par la guerre ne sait plus aimer, même son corps le trahit. J’ai detesté Bon du début à la fin sans même une once de pitié. Que de violence dans cet homme !
L’écriture est magnifique ! Intense, poétique… C’est fluide, c’est lumineux, c’est beau malgré la violence, la misère et la guerre !!

A lire absolument !

// Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman

14115590_10209996630130537_7375761074197911950_o

Le titre à rallonge et la couverture coloré ont rapidement attiré mon regard chez mon libraire.

« Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman » de Kerry Hudson

Une mère alcoolique, droguée et terriblement seule qui essaye d’élever ses filles dans des HLM miteux…? Terriblement violent et cruel me direz-vous ! Et pourtant… A travers les yeux de Janie, fillette têtue et intelligente, le récit est tendre et drôle. le langage est cru,violent mais jamais dérangeant.
Janie grandit et essaye de se libérer de cette malédiction qui pèse sur les femmes Ryan : drogue, jeux , alcool… Elle perdra pied parfois mais son entêtement finira pas la mener loin.
L’histoire tourne parfois un peu en rond mais les personnages sont tellement emplis de tendresse qu’on ne peut que s’attacher et aller au bout de leur aventure. Vous ne pourrez pas être insensible et votre coeur se gonflera d’amour pour Janie, sa soeur et sa maman. Des femmes aimantes et tellement fortes !