// A toi petit élève de troisième…ou ma vision du métier de graphiste

 

Cher petit stagiaire de troisième qui vient observer le monde impitoyable du travail, fuis ma profession avant qu’il ne soit trop tard. Ne choisis pas la voix de la créa mon petit, tu n’en seras que déçu.

Alors oui ce qu’y suit n’est que mon avis personnel. Je ne suis pas forcément un exemple à suivre mais j’ai besoin d’évacuer ma frustration. Cher petit élève qui ne sait pas encore ce qu’est la vie, tu verras qu’elle n’est pas simple. Elle se fout de toi souvent. Elle ne te laisse jamais tranquille. Et quand tu choisis le mauvais métier, ou plutôt le métier de tes rêves, crois-moi c’est pire que tout. Je pensais choisir un métier de passion, de création, de curiosité,…Je suis tombée au fil des stages, dans un panier de crabes hideux et imbu de sa petite personne.

Je pensais créer, rendre le monde plus beau et dessiner encore et encore. Mais voilà, je me retrouve à exécuter des idées sans ne jamais y mettre ma patte .Alors oui les profs nous apprennent à argumenter, à ne pas se laisser marcher sur les pieds, tout ça tout ça…mais quand tu te trouves en face de ton patron, pousser une gueulante tous les matins parce qu’on n’a pas la même vision du graphisme c’est compliqué.  D’illustratrice, de maquettiste pour des supers magazines, de graphiste dans une superbe agence pleine de vie et de jeunes, je me retrouve à travailler chez l’annonceur. Alors oui ça peut être très bien et je les remercie de m’aider à manger à ma faim tous les jours… Je suis très contente d’avoir été embauchée dans la boîte où je suis actuellement mais il faut se rendre à l’évidence…Le métier de rêves de jeunes créas qui s’éclatent au boulot, ce n’est valable que pour 15% des graphistes… Je travaille pour vivre mais je suis très loin de ce que j’imaginais. Je l’aurais su dès la troisième, comme toi petit stagiaire, je n’aurais peut-être pas autant écouté mon coeur…La raison m’aurait peut-être évité des déconvenues. Et graphiste serait encore un beau rêve…