// Bonne année !!!

01bulbi

Eh on recommence un dossier pour le one day one picture de cette nouvelle année ! Je vous souhaite plein de magnifiques choses pour 2017 ! Plein de love en pagaille, de jolis projets qui se concrétisent, la santé et tout le blabla !! J’espère pour ma part, trouver enfin un boulot qui me ressemble (non,non, je ne désespère pas !)

// Sensibilisation en milieu scolaire

156

Journée sensibilisation en milieu scolaire pour #LRT ! Les enfants sont trop mignons mais tellement à l’ouest !  Oui et sinon pour ma question on est comment ?

LRT Qu’est ce que c’est ? C’est une asso super joviale qui aide les sans-abri et desconstruit les préjugés qui y sont liés. Maraude, sensibilisation en milieu scolaire,….La team est sur tous les terrains et fait un travail formidable ! Pour en savoir plus : http://www.laruetourne.org/

//The Girls de Emma Cline

15135986_10210734847825518_8437960010171579190_n

Je ne connaissais pas l’affaire Manson, ou seulement de nom. du coup, j’ai lu ce roman de façon assez détachée.
C’est l’histoire d’une jeune fille qui grandit trop vite. Perturbée par l’adolescence, sa famille qui ne la soutient pas, sa solitude, elle se fait happer par l’esprit hippie de cette fausse famille dominée par un personnage pervers et malsain.
« The Girls« , c’est l’histoire d’une fille, Evie. Mais aussi de celles des autres qui gravitent autour, Donna, Suzanne, Sacha… Manipulées, naïves, trop rapidement pervertie par une sexualité qu’elles ne contrôlent pas, elles se perdent des les propos d’hommes séducteurs aux faux refrains « peace and love ».

De Suzanne à Sacha, on retrouve deux époques différentes mais aussi deux regards différents. Avec Suzanne, le lecteur découvre une Evie jeune, qui se construit sur le plus mauvais modèle qui soit. Evie est obsédée par Suzanne au point de développer des sentiments amoureux. Son obsession lui fait perdre tous ses repères au point d’accepter l’esclavagisme sexuel de Russell, le gourou. Elle est tellement aveuglée qu’elle en oublie son existence pour se calquer sur celle de Suzanne, jusqu’à en perdre sa dignité.
Avec Sacha, on retrouve une Evie qui a vieilli, mûri. Elle n’accepte pas que la jeune fille se laisse manipuler par les hommes, tourmentée par des jeux pervers. Sacha lui renvoie sa propre image à l’adolescence, celle dont elle s’est détachée au fil des années. Mais le lecteur apprend avec graduation, que cette secte n’a pas été seulement un frein à son adolescence, elle a empoissonné toute sa vie entière avec la certitude que elle aussi aurait pu tuer.
Sans jamais tomber dans l’horreur, Emma Cline s’intéresse plus particulièrement à la psychologie de son personnage et moins aux faits ce qui en fait plus un roman proche de la réflexion que de l’exploitation du fait divers. Belle découverte !